NUIT PASTORALE A JAUT

Un vallon de la glacère qui ne veut pas nous sourire

page précédente
Après un premier séjour il y a 4 ans, lors de la première journée de la Randoxypur, on voulait revivre ce grand moment d'une ascension difficile, pour une nuit réconfortante dans les cabanes rustiques de Jaüt, au coeur d'un décor montagnard pastoral, le vallon de la glacère.
Au curs de l'ascension, il est un passage charmant qui consite à traversée un petit ruisselet DECHAINE ! Il aura fallu en convaincre certains ( certaines) que leurs talons aiguilles acquis en solde la veille n'allait pas souffrir de cette traversée périlleuse. On a donc jeter les gosses pour tester la cord, puis après une prise de quelques euphorisant pour oublier le danger, les plus rétissants, se sont... jetés à l'eau !

Pour ceux qui n'aiment pas les figues sèches, on tente par tous les moyens de les convaincre ou les amadouer pour leur faire croire que c'est bon.

Mais quant on a enfilé sont mini short à bronzer alors que le brouillard sévit et que le complice porte la polaire, difficile d'être crédible !!

La fin de l'ascension se transforme en randonnée aquatique. Un air frais et humide vivifiant qui n'a pas son pareil, même à Calicéo. C'est aussi ça l'aventure, déguster la pluie chaude estivale pour atteindre la terre promise. Sauf que pour nous, les eaux ne se sont pas retirées pour notre passage...

Pour Eliot, 4 ans et demi, la montée aura été plus facile ; il est monté en voiture !
Mieux qu'un bon repas au resto ; des raviolis chauds au coin d'un bon feu à 22h 00 perdus au milieu de la montagne. Un repas que Serge, Matial et Patrice sont allés chercher de nuit après un aller retour d'une heure jusqu'à la voiture qui les attendait au col de Jaüt. Organisés les types... pour ne pas forcer !
accueil
Au départ, retardé en attendant le soleil, ils avaient tous le sourire, heureux d'aller faire une petite promenade à la montagne et de penser à une nuit douillette dans un chaleureux chalet tyrolien...
Si le soleil est absent, l'humidité ambiante aura au moins eu l'avantage de nous faire découvrir les salamandres qui rampaient sur noter sentier.
Martial, nostalgique de sa saison de ski, n'a pas voulu se séparer de ses bâtons : il dormira même avec !
Ah le petit déjeuner à la montagne. Cher payé par l'ascension mais quel grand moment de bonheur partagé dans une ambiance feutrée par l'épais brouillard qui nous aura voilé le décor. On n'en savoure pas moins ces moments rares et paisibles, mais toujours dans le confort.

Et quand la corvée de vaisselle devient un bonheur : Aller puiser l'eau au fond d'un puit pour se rappeler qu'elle n'est pas toujours sortie du robinet. Mais quel jeu ! Quant à ceux qui n'ont pas voulu faire la vaisselle, le puit prend alors une double fonction...

Pour la seconde fois, comme il y a 4 ans, l'ascension se sera terminée sous la pluie. Et si au petit matin, en entrouvrant la porte, les plus matinaux on pu d'un oeil apercevoir le décor fantastique de ce lieu, le brouillard sera très vite venu nous rappeller qu'à la montagne, prendre RDV ne sert à rein, seule dame nature dispose de ses invités et choisit le menu.

Pour nos bambins, aucun sacrifice pour le plaisir : même les jeux sont parvenus à destination : séquence puzzle.